Speech in Senate

A forum to discuss Chronic Cerebrospinal Venous Insufficiency and its relationship to Multiple Sclerosis.

Speech in Senate

Postby 1eye » Thu Sep 29, 2011 12:53 pm

From: Ryan, Matthew <ryanm@SEN.PARL.GC.CA>
Date: Thu, 29 Sep 2011 15:33:45 -0400
Subject: Liberal Senator Jane Cordy moves second reading of Bill S-204


Good Day,



Thank you so much for your emails and your concern regarding Bill S-204; An Act to Establish a National Strategy for CCSVI.



Please find attached a copy of the speech Senator Cordy gave yesterday in the Senate at second reading of Bill S-204.



Sincerely,



Matthew Ryan



Matthew Ryan - Assistant

Office of Senator Jane Cordy

(Tel) 613.995.8409

(Fax) 613.995.8432


National Strategy for Chronic Cerebrospinal Venous Insufficiency (CCSVI) Bill
Second Reading—Debate Adjourned
Wednesday, September 28th, 2011
Hon. Jane Cordy moved second reading of Bill S-204, An Act to establish a national strategy for chronic cerebrospinal venous insufficiency (CCSVI).
She said: Honourable senators, it is my pleasure to speak today on Bill S-204, An Act to establish a national strategy for chronic cerebrospinal venous insufficiency treatments for multiple sclerosis patients in Canada. The bill received first reading on June 26 this year.
I would like first to thank Dr. Kirsty Duncan, the member of Parliament for Etobicoke North for the work she has done in fighting for clinical trials for those who have MS. With her scientific background, Dr. Duncan has closely followed the research being conducted around the world, while showing compassion to literally thousands of Canadians affected by this devastating disease. Working closely with those directly affected by multiple sclerosis, their families, friends, along with those in the medical field, she has advocated for clinical trials here in Canada since 2010. Dr. Duncan has work tirelessly to bring this debate before parliamentarians, and I must credit her for being instrumental in formulating Bill S-204, the bill before us today.
This past winter, Dr. Duncan hosted two meetings on Parliament Hill to provide information to MPs and senators about multiple sclerosis and the treatment of CCSVI in Canada. At both non-partisan meetings, there were MPs representing all the political parties as well as both Liberal and Conservative senators.
At the first meeting we heard from medical experts Dr. Sandy McDonald, who is the only Canadian doctor to have performed the diagnosis and treatment of CCSVI and who was trained by Dr. Paolo Zamboni; Dr. Mark Haacke, who is a world leader in diagnostic imaging with extensive experience in establishing and describing venous anatomy and flow characteristics in MS data; and Dr. David Hubbard, a board certified neurologist and medical director of the Applied MRI Institute in San Diego.
At the second meeting we heard from those who have MS and have received venous angioplasty from Dr. Bill Code, from Steve Garvie and from Vito Maltese, whose son, Matthew Maltese, was diagnosed with relapsing remitting MS in June of 2000, at the age of 16. Over the next 10 years, Matthew lost all the feeling in his left side until he had venous angioplasty, when he regained almost full sensation to his left side. He has not had another MS attack.
After hearing from the medical doctors and then from those who have MS and have had venous angioplasty, I remember thinking, "This is Canada — we have to do something to help those with MS and their families." Then I remember thinking that "we" included me, which is why, in March of this year I began a Senate inquiry on multiple sclerosis, chronic cerebrospinal venous insufficiency and the venous angioplasty procedure to correct abnormalities in veins to the brain. Those who heard my speech last March know that I do not believe that Canadians with MS should have to travel outside of Canada for venous angioplasty treatment. Angioplasty is a common procedure in Canadian hospitals. I also believe that Canadians who have MS should not be refused imaging tests to diagnose CCSVI.
After speaking on my inquiry, I received hundreds of emails from Canadians who have MS and from their family members. I was also fortunate to meet with many of them.
I want to personally thank each and every one of these Canadians who were so willing to share their stories. These are incredible people who are fighting not only their disease but are also, unfortunately, fighting the system.
It is because of them and because of Dr. Kirsty Duncan that I have introduced this bill in the Senate. As I stated in this chamber last spring, nearly 75,000 people in Canada live with multiple sclerosis. Another 1,000 Canadians are diagnosed with the disease each year and, honourable senators, nearly 400 Canadians are dying from the disease each year.
Multiple sclerosis is a devastating disease. It is the most common neurological disease affecting young adults and is two to three times more prevalent in females than in males. The symptoms of MS can be anywhere from mild to debilitating. MS sufferers may experience vision problems, loss of balance, loss of coordination, extreme fatigue, speech or memory failure, muscle stiffness and paralysis.
The causes of multiple sclerosis are still unknown and there is no cure at this time. It is found that in MS patients there are high levels of iron deposits in the brain, and evidence shows that a possible link exists between these high levels and the deterioration of the patient.
Studies of MS patients by Dr. Zamboni have shown a high percentage of MS patients have a condition known as chronic cerebrospinal venous insufficiency, or CCSVI. CCSVI is a vascular abnormality which restricts the flow of blood from the brain and is potentially the cause of the high levels of iron found in the brain of MS patients.
In order to treat CCSVI, Dr. Zamboni began treating MS patients with an angioplasty procedure to correct the abnormality in veins to and from the brain. Many doctors around the world have begun administering the same procedure to treat CCSVI on MS patients. What has been found in many of those patients who have undergone this procedure is that they often experience improvements to their MS symptoms. Some of these improvements are dramatic, some less so, but it is becoming increasingly evident that venous angioplasty can alleviate some symptoms and improve the quality of life of those living with MS who have CCSVI.
Dr. Sandy McDonald from Barrie, Ontario, was trained by Dr. Zamboni in the CCSVI diagnostic technique and has been sharing the technique with others. He has found almost 90 per cent of the MS patients he has seen have CCSVI.
Over the last several years the procedure has been offered and administered to MS patients in countries such Italy, Poland Scotland, Japan, India, Mexico and the United States. However, as of today Canadian MS patients are prohibited from getting the treatment here in Canada.
Honourable senators, I applaud the government for the two recent announcements regarding MS: the announcement of an MS registry on March 23, 2011; and the announcement of clinical trials for CCSVI on June 29 of this year.
As much as these announcements provided MS patients and supporters in Canada with much needed hope and promise, there still remains much uncertainty. Unfortunately, there has been a real lack of information following these announcements.
With respect to the registry, we do not know what information will be collected. When will the collection of this information begin? Will this registry be designed to enable the long-term tracking of all MS patients, including those who have chosen to undergo treatment outside of Canada, or will it just simply track a sample of patients? What is the budget for the registry? Is there a budget for the registry?
This announcement was made over six months ago, and we still do not have any details or any timeline for its implementation.
With respect to clinical trials, the announcement was made three months ago and just as many questions are still left unanswered. What funding will be provided for the trials? How is the budget determined? Is there in fact a budget? When will the funding be available? What is the timeline? How many patients will be part of the clinical trials? Will there be multiple locations across Canada for the trials?
MS patients would like information. Families of those with MS would like information.
Honourable senators, clinical trials of this nature require outsourcing, which means contracting a qualified research organization. The process starts with the government tendering process. Two to three months are required for the request for proposals to be prepared, followed by a two-to-three-month response time with an additional month to review the bids and to select a successful bidder. A minimum of three months will be needed to write the protocol, followed by one to two months to receive sign-off by all participants and three months to submit and gain approval by the regulator.
Following the tendering process, the actual work will begin with ethics approvals, practitioner training and, eventually, patient enrolment. Depending on the sample size required, full patient accrual could take six months, with patients then being followed for a year or two. After that, six months will be needed to analyze the data, write the report and make a submission to the regulator.
If the process started today, a Phase III trial would not begin before the fall of 2014. This is the reality of clinical trials.
Honourable senators, time is important when dealing with MS. For MS patients, three months can mean the difference between mobility and lack of mobility, working and being unable to work.
The Canadian Institutes of Health Research is recommending a Phase I or Phase II clinical trial, but Dr. Duncan argues — and I agree — that there is no need for a Phase I trial, which is usually undertaken to assess safety, because angioplasty is an accepted standard of care practice. Angioplasty has been performed since 1977. Surely an Adaptive Phase II/III trial can be adopted.
To those MS patients who are excited about the announcement and the promise it brings to the improvement of their quality of life, let us not wait for another year to pass before clinical trials commence. Let us begin the process now.
The membership of any expert advisory panel that is set up during the clinical trials should be comprised of actual experts in the field of diagnosis and treatment of CCSVI, something that seems to have been missing from previous government expert panels considering this issue. We need the most qualified and the most experienced persons leading this research.
Honourable senators, it is time to move away from government announcements and promises and move toward government action on the issue. The aim of this bill is to do just that — to legislate government action with a definitive timetable. MS patients in Canada deserve as much.
Bill S-204 is an act to establish a national strategy for chronic cerebrospinal venous insufficiency. It calls on the Minister of Health to convene a conference with provincial and territorial counterparts for the purpose of establishing a national strategy. This national strategy must ensure that clinical trials are started for the treatment of CCSVI and estimate and identify the appropriate source of funding required to undertake these trials. There must also be tracking of individual Canadians who have been treated for CCSVI outside of Canada.
It is imperative that the federal government take a leadership role in developing a national strategy for MS. Often when a treatment shows promise it is fast tracked. No one can deny that the CCSVI treatment on MS patients shows promise, yet many MS patients are still waiting for our health care system to act while 50 other countries are doing clinical trials. Canadians deserve better.
The lack of follow-up care is a missed opportunity for made-in-Canada care by our health care system to better serve Canadian MS patients and to better understand CCSVI and the possible relationship with MS. We in Canada are still not collecting data, despite the minister's announcement six months ago in March of
this year. Six months have passed since the minister's announcement of a registry. The promised registry of those Canadians who have undergone venous angioplasty would better track and collect data on the MS patients' progress. This data is extremely important, and the register should be started immediately so that we have Canadian data.
However, what is really needed in order to better study and understand the possible relationship between CCSVI and MS are clinical trials here in Canada. There is no better way for Canadian scientists and doctors to study the issue than by conducting our own clinical trials instead of relying on second-hand data. We need made-in-Canada scientific evidence to make the best decisions related to the treatment of patients with MS.
The minister obviously believes this since she made the announcement in June, three months ago. Now is the time to act.
We as Canadians need made-in-Canada scientific medical evidence. We deserve it. An end of this discrimination against MS patients must be our goal here.
It is a sad truth that the suicide rate for MS patients is seven times higher than the national average, a shocking statistic indicative of the hopelessness many MS sufferers feel toward finding relief from their symptoms.
This treatment is showing too much promise around the world to be ignored here in Canada. This is evident from the government's policy reversal and announcement that it is now supporting clinical trials — a stance the government was opposed to prior to the June 2011 announcement. I am very pleased that the government has listened and will now support clinical trials.
We owe it to Canadians diagnosed with MS and to their families to provide them with the best possible care. Canada is far behind on this issue, and it is inexcusable that we do not yet have clinical trials. As evident from the aggressive timetable set out in this bill, this is an issue of utmost importance for MS patients in Canada. My hope with this bill is that the Minister of Health will set a timetable as soon as possible to bring provincial and territorial counterparts together for the purpose of developing a national strategy on the treatment and follow-up care for Canadians living with MS.
Honourable senators, this is not a partisan issue. I am sure that most senators here today know courageous Canadians who are living with multiple sclerosis. I was extremely pleased to hear the health minister's announcement on June 29. The lack of public information since then has not been encouraging.
It is time to get started with clinical trials here in Canada. It is time to have a national strategy for MS patients. It is time to have an advisory panel of experts who are engaged in imaging and treating those with CCSVI. It is time to include those patients who have MS into Canada's health care system according to the Canada Health Act principles of universality and accessibility.
Honourable senators, I would ask that you talk to Canadians who have MS and to their family members. They have stories full of courage and some disappointments, but mainly they have stories of hope. Listen to the stories of people like Steve Garvie, Jenny Powell, Christopher Alkenbrack, Edna Lee, Dr. Bill Code, Matthew Maltese or Tim Donovan. They will inspire you with their determination.
Canadians have been left waiting too long for government action on this issue. With the passage of this bill, we have the opportunity to end the agonizing wait by Canadians with MS and their families. Honourable senators, I ask you to support this bill so that we can move forward with hope starting today.


Projet de loi établissant une stratégie nationale concernant l'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique (IVCC)
Deuxième lecture—Ajournement du débat
L'honorable Jane Cordy propose que le projet de loi S-204, Loi établissant une stratégie nationale concernant l'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique (IVCC) soit lu pour la deuxième fois.
— Honorables sénateurs, je suis ravie de prendre la parole au sujet du projet de loi S-204, Loi établissant une stratégie nationale concernant l'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique, lequel vise à fournir le traitements pour l'IVC aux patients atteints de sclérose en plaques. Le projet de loi a passé l'étape de la première lecture le 26 juin de cette année.
J'aimerais tout d'abord remercier Mme Kirsty Duncan, la députée d'Etobicoke-Nord, qui se bat sans relâche pour que les personnes atteintes de sclérose en plaques, ou SP, aient accès à des essais cliniques. Mme Duncan, qui a une formation scientifique, suit de près les recherches réalisées partout sur la planète et fait preuve de compassion à l'égard des milliers de Canadiens touchés par cette maladie dévastatrice. Travaillant en étroite collaboration avec les personnes atteintes de sclérose en plaques, leurs familles et amis, ainsi qu'avec les professionnels de la santé, elle milite, depuis 2010, en faveur d'essais cliniques au Canada. Mme Duncan travaille sans relâche pour que les parlementaires soient saisis de cette question et je dois reconnaître sa participation à l'élaboration du projet de loi S- 204, que nous étudions aujourd'hui.
L'hiver passé, Mme Duncan a animé deux réunions sur la Colline du Parlement visant à informer les députés et les sénateurs au sujet de la sclérose en place et du traitement de l'IVCC au Canada. Des députés de tous les partis politiques, ainsi que des sénateurs libéraux et conservateurs, ont participé aux deux réunions non partisanes.
À la première réunion, des experts médicaux ont présenté des exposés. Il y avait le Dr Sandy McDonald, qui est le seul médecin canadien à avoir diagnostiqué et traité l'IVCC, et qui a été formé par le Dr Paolo Zamboni; le Dr Mark Haacke, un chef de file mondial en imagerie diagnostique, qui possède une vaste expérience dans la description de l'anatomie du réseau veineux et des caractéristiques du flux sanguin dans le contexte de la sclérose en plaques; ainsi que le Dr David Hubbard, neurologue spécialiste et directeur médical de l'institut d'IRM appliquée de San Diego.
À la deuxième réunion, nous avons entendu des personnes atteintes de la sclérose en plaques qui ont subi une angioplastie veineuse ainsi que le Dr Bill Code, Steve Garvie et Vito Maltese, dont le fils, Matthew Maltese, a reçu un diagnostic de sclérose en plaques rémittente en juin 2000, à l'âge de 16 ans. Au cours des 10 années suivantes, Matthew a perdu toute sensation du côté gauche, sensation qu'il a presque entièrement retrouvée après avoir subit une angioplastie veineuse. Il n'a pas eu d'autre poussée de sclérose en plaques depuis.
Après avoir entendu les médecins, puis les personnes atteintes de sclérose en plaques qui ont subi une angioplastie veineuse, je me souviens m'être dit que nous étions au Canada et qu'il nous fallait faire quelque chose pour ces personnes et leurs familles. Je me suis ensuite dit que j'étais incluse dans ce « nous » et c'est pourquoi, en mars de cette année, j'ai fais une interpellation sur la sclérose en plaques, l'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique et l'angioplastie veineuse qui vise à corriger des anomalies dans les veines qui irriguent le cerveau. Ceux qui ont entendu mon intervention en mars dernier savent que je pense que les Canadiens atteints de sclérose en plaques ne devraient pas être obligés de se rendre à l'étranger pour subir une angioplastie veineuse. L'angioplastie est une procédure courante dans les hôpitaux canadiens. Je crois également que les Canadiens atteints de sclérose en plaques ne devraient pas se faire refuser l'imagerie médicale pour diagnostiquer une insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique.
Après mon discours, j'ai reçu des centaines de courriels de Canadiens qui ont la sclérose en plaques et de membres de leur famille. J'ai aussi eu la chance de rencontrer beaucoup de ces Canadiens.
Je tiens à remercier personnellement chacun de ces Canadiens qui désiraient tant partager leur histoire. Ce sont des gens incroyables qui ne combattent pas uniquement leur maladie, mais qui, malheureusement, doivent aussi se battre contre le système.
C'est grâce à eux et à Mme Kirsty Duncan que j'ai présenté ce projet de loi au Sénat. Comme je l'ai déjà déclaré ici le printemps dernier, près de 75 000 Canadiens vivent avec la sclérose en plaques. Mille Canadiens de plus reçoivent un diagnostic de sclérose en plaques chaque année et cette maladie tue chaque année près de 400 Canadiens.
La sclérose en plaques est une maladie dévastatrice. C'est la maladie neurologique la plus courante chez les jeunes adultes et elle est deux à trois fois plus répandue chez les femmes que chez les hommes. L'intensité des symptômes varie beaucoup, allant de légère à débilitante. Les personnes atteintes peuvent éprouver des problèmes de la vue, des pertes d'équilibre, une perte de coordination, une fatigue extrême, des troubles de langage et de mémoire, une rigidité musculaire et de la paralysie.
Les causes de la sclérose en plaques sont encore inconnues et il n'existe pas encore de traitement permettant de guérir cette maladie. On constate qu'il y a chez les personnes atteintes un taux élevé de dépôt de fer dans le cerveau et des éléments de preuve démontrent qu'il existe un lien entre ces taux élevés et la détérioration de l'état du malade.
Des études réalisées par le Dr Zamboni sur des patients atteints de sclérose en plaques révèlent qu'un pourcentage élevé de ces personnes souffrent également d'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique, ou IVCC. L'IVCC est une anomalie vasculaire qui restreint l'afflux sanguin en provenance du cerveau, ce qui pourrait être la cause des concentrations élevées de fer trouvées dans le cerveau des personnes atteintes de sclérose en plaques.
Pour traiter l'IVCC, le Dr Zamboni a commencé à réaliser des angioplasties sur des patients atteints de sclérose en plaques afin de corriger l'anomalie dans les veines qui mènent au cerveau ou qui proviennent de celui-ci. Beaucoup de médecins, dans le monde entier, ont commencé à réaliser cette procédure pour traiter l'IVCC chez les personnes souffrant de sclérose en plaques. Chez plusieurs patients ayant subi la procédure, on a constaté qu'ils voyaient souvent une amélioration de leurs symptômes liés à la sclérose en plaques. Les améliorations sont parfois spectaculaires, parfois moins visibles, mais il est de plus en plus évident que l'angioplastie veineuse peut soulager certains symptômes et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de sclérose en plaques et qui souffrent aussi d'IVCC.
Le Dr Sandy MacDonald, de Barrie, en Ontario, a suivi une formation auprès du Dr Zamboni afin de pouvoir diagnostiquer l'IVCC, et il enseigne maintenant la technique à d'autres. Le Dr MacDonald a constaté que près de 90 p. 100 des patients atteints de sclérose en plaques qu'il a vus souffrent aussi d'IVCC.
Au cours des dernières années, la procédure a été offerte et administrée à des patients atteints de sclérose en plaques dans des pays comme l'Italie, la Pologne, l'Écosse, le Japon, l'Inde, le Mexique et les États-Unis. Toutefois, les Canadiens atteints de sclérose en plaques ne peuvent toujours pas subir ce traitement au Canada.
Honorables sénateurs, je félicite le gouvernement des deux annonces qu'il a faites récemment au sujet de la sclérose en plaques. Le 23 mars 2011, il a annoncé la création d'un registre de la sclérose en plaques, puis, le 29 juin 2011, il a annoncé la tenue d'essais cliniques pour l'IVCC.
Ces annonces ont suscité beaucoup de promesses et d'espoir chez les patients atteints de sclérose en plaques et les personnes qui les soutiennent au Canada, mais il subsiste encore beaucoup d'incertitude. Malheureusement, très peu de renseignements ont été communiqués à la suite de ces annonces.
Pour ce qui est du registre, nous ne savons pas quels renseignements seront recueillis. Quand commencera la collecte de ces renseignements? Le registre sera-t-il conçu pour permettre le suivi à long terme de tous les patients souffrant de sclérose en plaques, y compris ceux qui ont décidé d'obtenir des traitements à l'extérieur du Canada, ou assurera-t-il le suivi d'un simple échantillon de patients? Quel est le budget prévu pour le registre? En existe-t-il un?
Cette annonce a été faite il y a plus de six mois, mais nous n'avons toujours pas reçu de précisions, et le calendrier de la mise en œuvre n'a pas été dévoilé.
Par ailleurs, l'annonce concernant les essais cliniques a été faite il y a trois mois, mais on n'a pas encore répondu aux nombreuses questions soulevées. Quel financement sera octroyé pour les essais cliniques? Comment le budget est-il établi? A-t-on même établi un budget? Quand le financement sera-t-il disponible? Quel est le calendrier? Combien de patients participeront aux essais cliniques? Ces essais auront-ils lieu à divers endroits au Canada?
Les personnes atteintes de sclérose en plaques et leur famille veulent avoir ces renseignements.
Honorables sénateurs, les essais cliniques de ce genre demandent de faire appel à des ressources externes, c'est-à-dire d'octroyer un contrat à un organisme de recherche qualifié. Tout commence par un processus d'appel d'offres. Il faut donc prévoir de deux à trois mois pour la préparation de la demande de propositions, puis de deux à trois mois pour recevoir les propositions, suivis d'une période d'un mois pour les évaluer et choisir le soumissionnaire. Il faut prévoir ensuite un minimum de trois mois pour rédiger le protocole des essais cliniques, puis un ou deux mois pour recevoir les signatures de tous les participants et trois mois pour obtenir l'approbation de l'organisme de réglementation.
C'est après le processus d'appel d'offres que commencera le vrai travail, à savoir l'obtention des autorisations nécessaires en matière d'éthique, la formation des praticiens et, enfin, l'inscription des patients. Selon la taille de l'échantillon nécessaire, l'inscription des patients pourrait prendre en tout six mois. Les patients seront ensuite suivis pendant un an ou deux. Par la suite, il faudra six mois pour analyser les données, écrire le rapport de recherche et le soumettre à l'organisme de réglementation.
Si le processus était enclenché aujourd'hui, les essais de phase III ne commenceraient pas avant l'automne 2014. Voilà la réalité des essais cliniques.
Honorables sénateurs, lorsqu'il est question de la SP, le temps revêt une importance capitale. Un délai de trois mois peut faire en sorte qu'un patient atteint de SP perdra sa mobilité ou ne sera plus en mesure de travailler.
Les Instituts de recherche en santé du Canada recommandent un essai clinique de phase I ou de phase II, mais la Dre Duncan fait valoir, à juste titre d'ailleurs, qu'il n'est pas nécessaire d'effectuer un essai clinique de phase I, car ce type d'essai a généralement pour objectif de déterminer l'innocuité d'un traitement, et l'angioplastie est déjà un mode de traitement reconnu, auquel on a recours depuis 1977. Il est sans aucun doute possible d'opter pour un essai clinique adaptatif de phase II et III.
Pour le bien des patients atteints de SP qui se réjouissent de cette annonce et du fait que ce traitement pourrait améliorer leur qualité de vie, n'attendons pas une autre année avant de commencer les essais cliniques. Commençons-les dès maintenant.
Tout comité consultatif d'experts qui sera constitué dans le cadre des essais cliniques devra compter parmi ses membres des spécialistes dans le domaine du diagnostic et du traitement de l'IVCC, ce qui ne semblait pas être le cas pour les anciens comités d'experts gouvernementaux qui se sont penchés sur cette question. Nous devons pouvoir compter sur l'aide des personnes les plus compétentes et les plus expérimentées pour diriger ces recherches.
Honorables sénateurs, le moment est venu d'aller au-delà des annonces et des promesses et de prendre des mesures concrètes en la matière. C'est là l'objectif de ce projet de loi, qui vise à obliger le gouvernement à prendre des mesures et à respecter un calendrier ferme. Les patients canadiens atteints de SP méritent bien cela.
Le projet de loi S-204, Loi établissant une stratégie nationale concernant l'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique (IVCC), exige du ministre de la Santé qu'il convoque une conférence avec les ministres provinciaux et territoriaux responsables de la santé dans le but d'établir une stratégie nationale visant notamment à assurer la mise sur pied d'essais cliniques sur le traitement de l'IVCC et à procéder à l'estimation des fonds nécessaires pour le déroulement de ces essais cliniques au Canada et pour le suivi des personnes ayant subi le traitement de l'IVCC à l'extérieur du Canada et à en préciser la source appropriée.
Il est impératif que le gouvernement fédéral fasse preuve de leadership en ce qui concerne l'établissement d'une stratégie nationale liée à la SP. Bien souvent, lorsqu'un traitement semble prometteur, il fait l'objet d'une approbation accélérée. Personne ne peut nier que le traitement de l'IVCC chez les patients atteints de SP semble prometteur; néanmoins, de nombreux patients sont encore en attente d'une décision de notre système de santé, tandis que 50 autres pays mènent en ce moment des essais cliniques. Les Canadiens méritent mieux.
Les lacunes au chapitre du suivi médical représentent une chance ratée pour notre système de soins de santé de mieux étudier et de mieux comprendre l'IVCC et sa relation possible avec la sclérose en plaques. Aucune donnée n'est encore recueillie au Canada, malgré l'annonce faite par la ministre en mars dernier. Six mois se sont écoulés depuis que la ministre a annoncé la mise sur pied d'un registre. La tenue, tel que promis, d'un registre des Canadiens qui subissent une angioplastie veineuse nous permettrait de mieux surveiller les progrès des patients atteints de sclérose en plaques et de recueillir des données à ce sujet. Ces données seront extrêmement importantes, et le registre devrait commencer à fonctionner immédiatement, pour que nous disposions de données canadiennes.
Cependant, des essais cliniques au Canada sont hautement nécessaires pour mieux étudier et mieux comprendre la relation possible entre l'IVCC et la sclérose en plaques. Le meilleur moyen pour les scientifiques et les médecins du Canada d'étudier la question est de mener leurs propres essais cliniques, et non de se fier aux résultats publiés par d'autres. Nous avons besoin de résultats obtenus au Canada pour pouvoir prendre les meilleures décisions qui soient concernant le traitement des patients atteints de sclérose en plaques.
Manifestement, la ministre est d'accord, puisqu'elle a fait des annonces à ce sujet en juin, il y a trois mois. C'est maintenant le temps d'agir.
Nous, Canadiens, avons besoin de résultats scientifiques et médicaux obtenus au Canada. Nous y avons droit. Nous devons nous fixer comme objectif de mettre fin à la discrimination contre les patients atteints de sclérose en plaques.
La triste réalité est que le taux de suicide chez ces personnes est sept fois plus élevé que la moyenne nationale, une statistique choquante qui en dit long sur le désespoir qu'éprouvent de nombreuses personnes souffrant de sclérose en plaques devant leur incapacité d'obtenir un soulagement de leurs symptômes.
Ce traitement s'annonce beaucoup trop prometteur dans le reste du monde pour être laissé à l'écart ici, au Canada. C'est évident lorsqu'on constate le changement de politique du gouvernement, qui a annoncé qu'il était désormais favorable aux essais cliniques, alors qu'il était contre avant l'annonce de juin 2011. Je suis très heureuse que le gouvernement ait prêté une oreille attentive et soit désormais favorable aux essais cliniques.
Nous nous devons d'offrir aux Canadiens atteints la sclérose en plaques et à leur famille les meilleurs soins possible. Le Canada accuse un retard important dans ce dossier, et il est inexcusable que nous n'ayons pas encore réalisé des essais cliniques. Comme en fait foi l'échéancier chargé prévu dans le projet de loi, c'est une question de la plus grande importance pour les patients atteints de sclérose en plaques au Canada. J'espère qu'avec ce projet de loi, la ministre de la Santé prévoira dès que possible des réunions avec ses homologues des provinces et des territoires pour élaborer une stratégie nationale concernant le traitement et le suivi médical des Canadiens atteints de sclérose en plaques.
Honorables sénateurs, il ne s'agit pas d'une question partisane. Je suis certaine que la plupart des sénateurs présents aujourd'hui connaissent des Canadiens courageux atteints de sclérose en plaques. L'annonce de la ministre de la Santé, le 29 juin, m'a fait grand plaisir. Toutefois, le manque d'information publique depuis n'est guère encourageant.
Il est temps d'entreprendre des essais cliniques au Canada, d'adopter une stratégie nationale pour les patients atteints de SP et de créer un comité consultatif d'experts qui s'occupent d'imagerie médicale et du traitement pour l'IVCC. Il est temps d'intégrer les patients atteints de SP au système de soins de santé du Canada conformément aux principes d'universalité et d'accessibilité énoncés dans la Loi canadienne sur la santé.
Honorables sénateurs, je vous invite à discuter avec les Canadiens atteints de SP et avec les membres de leur famille. Leurs histoires sont empreintes de courage et de quelques déceptions, mais surtout d'espoir. Écoutez les histoires de Steve Garvie, Jenny Powell, Christopher Alkenbrack, Edna Lee, Bill Code, Matthew Maltese ou Tim Donovan. Leur détermination vous inspirera.
Voilà trop longtemps que les Canadiens attendent que le gouvernement prenne des mesures à ce sujet. L'adoption du projet de loi nous permettra de mettre un terme à la cruelle attente des Canadiens atteints de SP et des membres de leur famille. Honorables sénateurs, je vous demande d'appuyer ce projet de loi pour que nous puissions aller de l'avant avec espoir dès aujourd'hui.
"Try - Just A Little Bit Harder" - Janis Joplin
CCSVI procedure Albany Aug 2010
'MS' is over - if you want it
Patients sans/without patience
User avatar
1eye
Family Elder
 
Posts: 2882
Joined: Wed Mar 17, 2010 4:00 pm
Location: Kanata, Ontario, Canada

Advertisement

Re: Speech in Senate

Postby NormB » Thu Sep 29, 2011 4:57 pm

Read every line, it is great but sadly after a second procedure I can't afford it anymore and
it sounds like a few years will pass before canadians wMS will be able to access to the procedure but by then maybe more will be discovered to address restenosis.

Take Care All & thanks 1eye

NormB
'92 diag RR - '05 SP
On LDN since Sept. 2012 with better quality of life.
User avatar
NormB
Family Elder
 
Posts: 108
Joined: Thu Jan 07, 2010 4:00 pm
Location: Near Ottawa Canada

Re: Speech in Senate

Postby 1eye » Thu Sep 29, 2011 7:18 pm

I think because the Conservative/Tory/Alliance/Reform/Social-Credit/Tea-and-Crumpets/Who-Knows Party dominates both houses, it'll be up to Leona, and now that it has been wrung dry of press notices, it'll be safe to leave it on the back burner indefinitely. It's one thing to say it's non-partisan, but another to get the ruling party to act the part.
"Try - Just A Little Bit Harder" - Janis Joplin
CCSVI procedure Albany Aug 2010
'MS' is over - if you want it
Patients sans/without patience
User avatar
1eye
Family Elder
 
Posts: 2882
Joined: Wed Mar 17, 2010 4:00 pm
Location: Kanata, Ontario, Canada

Re: Speech in Senate

Postby esta » Fri Sep 30, 2011 9:25 am

Its there agenda to not have to spend a cent, and its as despicable as is the MS society. what burns me is they'll somehow get allot of the glory as they sneak in the back door when the time is ripe.

By then all the work will be done by other countries, and as many MS people as possible here, will have spent all their own money.

its cost effective FOR THEM...yea I'd say despicable on all accounts, and if a government could hang its head in shame, its this one!!!!!!!
PPMS. Liberated Katowice, Poland
06/05/10 angioplasty RJV-re-stenodsed
26/08/10 stent RJV
28/12/10 follow-up ultrasound intimal hyperplasia
User avatar
esta
Family Elder
 
Posts: 385
Joined: Wed Nov 25, 2009 4:00 pm
Location: Summerland. BC Canada

Re: Speech in Senate

Postby NormB » Fri Sep 30, 2011 9:41 am

If according to Dr McDonald the cost for a CCSVI intervention should be approx $2000,
it makes me wonder with the multi millions the provincial govt spend on pharma drugs
how the neuros and MS Society can make it stick. In Ontario we MSers blew our chance for not making it a debate item with the elections at the doorstep.

Take Care All

NormB
'92 diag RR - '05 SP
On LDN since Sept. 2012 with better quality of life.
User avatar
NormB
Family Elder
 
Posts: 108
Joined: Thu Jan 07, 2010 4:00 pm
Location: Near Ottawa Canada


Return to Chronic Cerebrospinal Venous Insufficiency (CCSVI)

 


  • Related topics
    Replies
    Views
    Last post

Who is online

Users browsing this forum: No registered users